lundi 15 janvier 2018

Témoin de l'Histoire d'Alger, la mosquée Ketchaoua retrouve sa splendeur

Témoin de plus de quatre siècles d'histoire tourmentée de l'Algérie, la mosquée Ketchaoua d'Alger, devenue église et cathédrale durant la colonisation française, est réouverte après des années de travaux.
La majestueuse "Djamaa Ketchaoua" (Mosquée Ketchaoua) était fermée depuis 2008, abîmée notamment par un puissant séisme cinq ans auparavant, ses ex-clochers devenus minarets tombant en lambeaux.
Pendant les travaux de la mosquée - Alger
37 mois de travaux viennent de s'achever et les riverains attendent impatiemment sa réouverture.    Son existence est attestée dès 1612 sur le "Plateau des chèvres" - "ketchaoua" en turc.                 En 1794, Hassan Pacha, qui dirigeait Alger, transforme et agrandit "Djamaa Ketchaoua", en faisant l'une des principales mosquées de la ville."Sa conversion en église en 1832 s'opéra après que l'armée coloniale eut donné l'assaut", faisant des victimes parmi les "plusieurs centaines de fidèles qui s'y étaient retranchés pour s'opposer au projet" .En 1838, elle est consacrée cathédrale d'Alger . Deux clochers d'inspiration orientale sont érigés.Ketchaoua redevient une mosquée en même temps que l'Algérie acquiert l'indépendance. Le 2 novembre 1962, elle accueille sa première prière du vendredi depuis 130 ans.
 Le minbar de 1794 a été restauré. Le mihrab a été orné de calligraphies à la feuille d'or réalisées par Hüseyin Kutlu, maître turc de la discipline. Des grillages à motifs géométriques en sapelli, un bois tropical précieux, séparent la salle principale de celle des femmes.
Des "maksourah" - espaces privatifs - permettront d'accueillir des touristes en dehors des heures de prière. la mosquée se pare de lumières qui la mettent en valeur.
La nuit,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire