samedi 1 décembre 2018

L’Algérie exige un siège permanent pour l’Afrique au Conseil de sécurité

Résultat de recherche d'images pour "afrique humour partage"Représentant l’Algérie aux à ces discussions Assia Jazairy a insisté mardi à News York sur le fait que l’Afrique doit être représentée dans les deux catégories de membres au Conseil de sécurité, permanents et non permanents, avec le droit de veto, s’il n’est pas aboli.
Résultat de recherche d'images pour "afrique humour partage"« La Position commune africaine stipule que la réforme du système des Nations Unies doit être inclusive et prendre en compte la nécessaire amélioration des relations entre les deux principaux organes que sont l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité », a-t-elle indiqué citée par l’Agence de presse des Nations-unis.
Elle ajoute : « Le continent africain, qui a le plus grand nombre d’États et qui représente les trois quarts du programme de travail du Conseil de sécurité, reste mal représenté.  Aucun siège permanent n’est occupé par un État africain », a déploré la représentante de l’Algérie. L’Afrique réclame donc la place qui lui revient de droit et va continuer de défendre une réforme sensée qui rende le Conseil de sécurité plus adapté à l’évolution du monde et plus réactif aux défis émergents.

L’Algérie déploie 1.600 km de barbelés à sa frontière avec le Maroc !

Au vu des dangers qui guettent le pays, l’armée a jugé indispensable une telle mesure.
Bien imprégné de la conjoncture actuelle et des menaces en provenance des pays voisins, le Haut Commandement de l’Armée nationale populaire s’est résolu à la construction d’une murailles de barbelés d’environ 6000 km le long de ses frontières est et ouest, rapporte un quotidien arabophone. Cette décision intervient malgré les résultats satisfaisants réalisés par les forces de sécurité tous corps confondus. Néanmoins, le trafic d’armes qui constitue le plus grand risque pour la stabilité de la bande frontalière a contraint le Haut Commandement à mieux sécuriser son territoire.
 S’ajoute à ça le renforcement des postes de contrôle déjà installés et la construction d’autres points de surveillance. Etant donné que le Sahel est devenu une région ou tous les trafics sont permis et un territoire acquis pour les groupes terroristes et les narcotrafiquants, l’Algérie a jugé indispensable une telle mesure, notamment  avec les frontières algéro-maliennes avec 1376 km, le Niger avec 1000 km au même titre que la Libye et la Tunisie, et  avec le Maroc avec 1600 km.
 Renfoncement des postes de contrôle, Intensification des patrouilles terrestres, et la surveillance héliportée en dotant les militaires de moyens sophistiqués dont l’observation à l’infrarouge.
Depuis 2011, tout en avertissant sur l’émergence aussi bien du terrorisme, de la contrebande que du trafic d’armes et de drogue, suite aux guerres survenues au Mali, Libye et le terrorisme en Tunisie, l’Algérie a été forcée à conjuguer son dispositif sécuritaire avec l’instabilité des pays voisins. D’abord avec l’adoption d’une stratégie de prévention, ensuite par la composition d’un plan de contre-attaque.
Les mesures prises ont donné des résultats probants à plus d’un titre, sans lesquelles le pays aurait fait plusieurs pas en arrière. La plus grande preuve de la réussite du dispositif sécuritaire est, à ne pas en douter, la tentative de prise d’otages en 2013 par un groupe terroriste qui agissait au profit de Mokhtar Belmokhtar donné pour mort. Il s’agit de la plus grande attaque qui comptait réaliser l’une ou l’unique grande prise d’otages dans l’histoire. Fort heureusement avortée suite à un assaut d’une unité spéciale qui a libéré plus de 600 otages avec un minimum de victimes.

vendredi 30 novembre 2018

Le «Salon national du costume traditionnel» à Constantine

Résultat de recherche d'images pour "Le «Salon national du costume traditionnel» revient à Constantine"
gandoura de constantine
Le Palais de la Culture Mohamed Laid Al Khalifa abrite  jusqu'au jeudi 6 décembre 2018, la 3ème édition du ‘Salon national du costume traditionnel', avec la participation de près d'une trentaine d'artisans de différentes wilayas du pays.
Ce Salon est organisé par la direction de la Culture dans la wilaya de Constantine . La manifestation  consiste en la participation de 28 artisans venant d'une dizaine de wilayas, représentant les régions centre, ouest, est et sud du pays, à savoir : Tizi Ouzou, Khenchela, Batna, Ouargla, Tlemcen, Oran, Alger, Msila, Béjaia et bien-sûr Constantine, présente avec 15 stands d'artisans. Il s'agit de différents stands exposition de costumes féminins et masculins traditionnels  mais aussi des stands de bijoux, joailleries et autres ornements qui vont avec ces costumes traditionnels.
L'objectif  est de montrer au public constantinois, les différentes facettes et la richesse de ce patrimoine particulier de notre culture et traditions, qui consistent en un legs à préserver.

Un concert de musique du malouf, propre au terroir de la ‘ville des ponts', animé par « Koufi leksantini » est également prévu.

Des traces de présence humaine de 2,4 millions d’années découvertes en Algérie

Ces nouvelles découvertes à Ain Boucherit changent quelque peu notre perception de la chronologie et de la diffusion de la technologie lithique oldowayenne à travers l’Afrique et l’Europe. Son origine est-africaine semble pour l’instant clairement établie. Dans cette portion de l’Afrique, de nombreux sites de plus de 2 millions d’années ont été identifiés, dont les plus anciens à Gona en Éthiopie (2,6 Ma), bien antérieurs aux sites algériens.
L’industrie oldowayenne d’Ain Hanech, datée d’environ 1,8 million d’années, était considérée jusqu’à présent comme la plus ancienne d’Afrique du Nord. Ain Boucherit est situé au Nord de la ville d’El Eulma, dans la wilaya de Sétif, à quelques centaines de mètres du fameux site archéologique d’Ain Hanech, découvert à la fin des années 1940 par le paléontologue Camille Arambourg, et daté d’environ 1,8 million d’années. Les fouilles archéologiques et recherches associées menées par Mohamed Sahnouni et son équipe dans le secteur depuis 1992 ont permis de mettre au jour de nombreux gisements archéologiques et paléontologiques dont celui d’Ain Boucherit.

mercredi 28 novembre 2018

Première conférence internationale dédiée au genévrier thurifère localement appelé « Hezenzana » ou « Aywal »

Une conférence internationale sur le genévrier thurifère et les conifères menacés d’extinction en Méditerranée s’est ouverte  à l’université Batna-1.
Résultat de recherche d'images pour "genévrier thurifère"
Appelé en Chaoui : Hezenzana
La sixième édition de cette manifestation du Sud de la méditerranée s’articulant autour de ces arbres menacés et connus pour leur longévité, réunit des experts et chercheurs de France, de Tunisie, du Maroc et de diverses universités du territoire national.
Pour le Pr. Yacine Baghami, président de la conférence et doyen de la faculté des sciences vétérinaires et des sciences agronomiques, cette conférence de trois jours vise à rassembler et actualiser les informations sur cet arbre et certains conifères menacés d’extinction dont le pin noir, le cyprès du Tassili et l’if et déterminer leur répartition géographique, les mesures de préservation et leur importance sociale.
La conférence de Batna intervient après deux rencontres similaires tenues à partir de 1997 en France, en Espagne et au Maroc et ce, tous les 4 ans dans les pays qui disposent de cet arbre qu’on retrouve dans la région Sud de la Méditerranée notamment dans les Aurès, dans les Alpes (France) et en Espagne, a souligné le même universitaire.

La wilaya de Batna compte environ 10.000 hectares de genévriers thurifère ou genévrier à encens localement appelé « Hezenzana » ou « Aywal », répartis dans les localités de Theniet El Abed, T’kout, Arris et Ichemoul.

lundi 26 novembre 2018

Algérie : Pas de retrait de permis pour les émigrés

Une circulaire interministérielle, signée par le ministre de l'Intérieur, Noureddine Bedoui, et celui des Transports et Travaux publics, Abdelkader Zaalane, demande à la police et la gendarmerie de se contenter d'amendes financières pour les conducteurs porteur de permis étrangers, notamment les émigrés, rapporte algeriemondeinfos. Le retrait et l'envoi des permis aux commissions des daïras pour traitement de l'infraction devront cesser. La circulaire, portant le numéro 425 et daté du 18 octobre dernier, a été adressée à la police et à la gendarmerie à travers tout le territoire national. La décision est intervenue, selon le document, pour faciliter la tâche de cette catégorie, d'autant plus que les retraits de permis et le traitement des affaires au niveau des commissions de daïra prend beaucoup de temps, pénalisant ainsi des citoyens et des ressortissants étrangers dont les séjours en Algérie sont limités dans le temps.Reflexion-Novembre2018.

Foires au miel : un succès populaire

A Tizi-Ouzou, une trentaine d’apiculteurs ont participé à la foire du miel et les produits de la ruche qui était ouverte au niveau de la placette du musée de la ville de Tizi-Ouzou .
Organisée par l’association des apiculteurs professionnels du massif du Djurdjura et la coopérative apicole de la wilaya de Tizi-Ouzou (CAPTO) en collaboration avec la direction des services agricoles et la chambre de l’agriculture, cette manifestation s’est étalée jusqu’au 21 novembre.
Les objectifs principaux  étaient de  «valoriser les productions de l’apiculture du massif du Djurdjura » et «de promouvoir les miels de montagne, caractérisation des miels, notamment le miel du maquis, de forêt et de la garigue». En plus de ces objectifs de valorisation et de promotion, cette foire constitue aussi une occasion pour les apiculteurs de vendre leurs produits aux visiteurs.
Exposé dans sa large variété, dans les différents stands on y trouve le miel d’eucalyptus, chardon, multi-fleurs, montagne, euphorbe, oranger, jujubier, romarin, moutarde, lavande….
 À l’instar du miel, les produits de la ruche comme le pollen, la gelée royale, la propolis…, fabriqués eux aussi par les abeilles, sont également de véritables médicaments naturels et n’ont pratiquement pas d’effets secondaires indésirables.El moudjahid-Nov2018.

vendredi 23 novembre 2018

Des commerces prochainement ouverts dans le métro d’Alger

Des commerces seront prochainement ouverts dans le métro d’Alger, à en croire l’avis d’appel d’offre lancé par la RATP El Djazair, en vue de l’attribution de “conventions d’occupation temporaires” d’emplacements commerciaux dans plusieurs stations du métro.Les emplacements annoncés dans l’appel d’offres publié ce dimanche se situent dans les stations de Tafourah Grande Poste, Bachdjarah Tennis, Bachdjarah, Place des Martyrs, Gué de Constantine et Ain Naâdja.
Les espaces commerciaux sont destinés à plusieurs activités dont la restauration rapide (snack, coffee-shop), les cosmétiques, le tabac-presse, le prêt-à-porter, la bijouterie, la pharmacie, l’optique, la téléphonie mobile et l’informatique.
Sont également prévues une supérette de 71 mètres carrés et une agence de voyage dans la station Bachdjarah Tennis, une salle de sport dans la station de Gué de Constantine et une bijouterie à Place des Martyrs.

mercredi 7 novembre 2018

Mohamed VI appelle l’Algérie à un dialogue franc et direct

Le roi du Maroc a appelé ce mardi 6 novembre 2018 l’Algérie à un dialogue « direct et franc » en proposant la création d’un « mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation » pour « dépasser les différends » entre les deux voisins.
Dans un discours télévisé, Mohammed VI a longuement évoqué les relations entre Rabat et Alger qui « échappent à la normalité, créant, de fait, une situation inacceptable ».
DIA-M6-Boutef
« Depuis mon accession au trône, j’ai appelé avec sincérité et bonne foi à l’ouverture des frontières (…), à la normalisation des relations maroco-algériennes », a insisté Mohammed VI, qui a succédé à son père Hassan II en 1999.
Pour avancer, le monarque de 55 ans a proposé un nouveau « mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation » en précisant que « le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature (étaient) à convenir d’un commun accord ».
« Le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie » pour asseoir les relations entre les deux pays « sur de solides bases de confiance, de solidarité et de bon voisinage », a-t-il ajouté.
Ce mécanisme permettrait de discuter « sans tabou » de toutes les questions bilatérales en suspens et de « mettre tous les griefs sur la table » : la drogue, la contrebande, la question du Sahara occidental, les faits historiques non clarifiés, les conventions non respectées, a détaillé à l’AFP un haut responsable gouvernemental qui a requis l’anonymat.

Le 4ème drone de fabrication 100% algérienne bientôt testé

Résultat de recherche d'images pour "Le 4ème drone de fabrication 100% algérienne bientôt testé"Le 4ème drone « Amel-4 » de fabrication 100% algérienne conçu par le Centre de recherche en technologies industrielles (CRTI) sera testé « avant fin 2018 », a indiqué mercredi à Skikda le directeur de la plate-forme technologique du centre, Ahmed Kechida. Ce dernier a relevé que les chercheurs et ingénieurs du CRTI « apportent les ultimes retouches » à ce drone après le succès des trois précédentes versions « Amel-1 », « Amel-2 » et « Amel-3 ». Plus petit et plus léger par rapport aux premiers prototypes, ce drone présente une envergure de 1,7 mètre, prend son vol sitôt lancé manuellement et est contrôlé à distance. Destiné à un usage civil, ce drone peut servir à la surveillance des terres agricoles, la pulvérisation de pesticides, l’élaboration de cartes et en topographie, a expliqué le même cadre. Algérie360.

mercredi 10 octobre 2018

Sortie d’usine du Tiguan monté en Algérie

Après l’appréciation des performances de la Golf 7 VW puis la Polo «made in Bladi», un autre modèle va être monté localement, il s’agit du Tiguan Volkswagen, un prestigieux SUV que livre l’usine Sovac Production, à l’orée de cet automne.
Ce produit représente la deuxième génération du Volkswagen Tiguan. Il est mis sur le marché algérien en deux versions. Le Confortline animé du bloc moteur de 2.0 TDI 143 Ch. Et la version Sport R-Line avec un bloc moteur de 2.0 de 177 Ch.
La première déclinaison du modèle est proposée au prix de 5 399 000 Da, et la seconde est à 6 499 000 Da.
Le Tiguan a disparu du marché algérien depuis la suspension des importations de véhicules neufs en 2015.Source de l'article : Algerie360.com

Oran est une cité dont le sous-sol est un véritable gruyère.

Les Espagnols comme les Turcs y ont construit un réseau de galeries souterraines incroyable… et inconnu. Établir un plan détaillé du sous-sol de la ville est trés difficile voir impossible.
 Plus facile à dire qu’à faire et pour au moins trois raisons :
    Image associée
  1. Ce sont les Espagnols qui ont construit la majorité du réseau durant les deux périodes de leur présence, et les documents ont toujours été gardés strictement secrets. (Donc difficiles à retrouver).
  2. D’autre part, aucun travail de synthèse n’a jamais été réalisé : chaque gouverneur connaît son réseau mais pas celui de ses prédécesseurs.
  3. Enfin, du côté d’Eckmühl, certaines galeries sont d’origine maure, et dues au Bey Mouchlaghem. Impossible d’en retrouver les plans.
Il existe une grande caserne souterraine, et qu’on peut y pénétrer par la rue de l’Intendance. Il faut juste déblayer le passage. Ce sera fait et le lieu constituera l’un des meilleurs abris des Bas-Quartiers, avec la possibilité d’y loger près de 4.000 personnes.
Au-delà de la Casbah, vers le Sud, se trouve le Fortin de San Pedro, d’où part une galerie longue de plus de 100m, plusieurs petites galeries vers les Planteurs, et probablement une galerie vers la porte de Tlemcen, visible sur les plans mais impossible à localiser sur le terrain.
Vers l’Est, au Fortin de Santiago, une trappe conduit vers le fort Saint Grégoire et un embranchement se dirige peut-être vers Santa-Cruz.
Rosalcazar est aussi percé de très nombreuses galeries :
  • L’une d’elles a été aménagé en abri et les élèves de l’école Bastrana pouvaient y accéder par une entrée percée dans la cour de l’établissement.
  • Une autre fut mise à jour sous la rampe Valès (Cdt Ferradj) et incorporée au système d’abris du Lycée de garçons.
  • La plus importante (sur les plans) aboutit à Saint-André en traversant la place d’Armes. Mais impossible d’en retrouver l’entrée.

samedi 29 septembre 2018

Dégel des projets de tramway « par ordre de priorité »


Le ministre des Transports et des travaux publics, Abdelghani Zaalane a annoncé qu’il sera procédé au dégel progressif de la deuxième tranche des projets de tramway avec l’amélioration de la  situation financière du pays.
« Ces projets concernent les wilayas de Batna, Annaba, Bejaia, Skikda, Tlemcen, Bechar, Tebessa, Blida et Djelfa » a précisé le ministre lors d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN).
Ces projets qui étaient sur le point d’être lancés après la désignation des sociétés de réalisation, ont été gelés, en 2015, en raison de la conjoncture financière difficile que connaissait le pays suite à l’effondrement des prix du pétrole, a rappelé le ministre.
Assurant que « Le gel desdits projets ne signifie pas leur annulation », le ministre a fait savoir que ces projets seront relancés « par ordre de priorité ».

vendredi 28 septembre 2018

El Bayadh: livraison du projet ferroviaire El Bayedh-Mecheria en 2020

Le projet de la ligne ferroviaire reliant El Bayadh à Mécheria (Naâma) sera livré à l’horizon 2020, a annoncé, lundi à El Bayadh, le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane.
Résultat de recherche d'images pour "El Bayadh à Mécheria"Lors de sa visite d’inspection dans la wilaya d’El Bayadh, Abdelghani Zaâlane a souligné que la stratégie de son département ministériel est de diversifier les moyens de transport pour toucher les wilayas du pays en vue de redynamiser les différents secteurs.
Le projet de la ligne ferroviaire El Bayadh-Mécheria, longue de 130 km,  est « très important » pour la vie socio-économique de ces deux régions. Le plus grand tronçon de cette ligne se trouve sur le territoire de la wilaya d’El Bayadh, soit une distance de 95 km.
Cette ligne revêt une grande importance car elle relie la wilaya d’El Bayadh et des wilayas du Nord et du Sud du pays, via la station de Mécheria, traversée également par la ligne ferroviaire Oran-Béchar.
Résultat de recherche d'images pour "El Bayadh à Mécheria"Selon le groupe initiateur du projet, composé de sept entreprises de réalisation publiques, le taux d’avancement des travaux est de l’ordre de 55%, avec l’achèvement de la réalisation de 21 ouvrages d’art .L’opération de terrassement du tracé de cette ligne ferroviaire tire à sa fin et sera suivie par la pose des rails, le long de ce tracé, ainsi que la signalisation lumineuse.
A cette occasion, le ministre a appelé les responsables de ce projet à accélérer le lancement des projets des gares ferroviaires d’El Bayadh et de Tasmouline, pour qu’elles soient prêtes une fois le projet réceptionné.

MELIKCHI ÉLU MEMBRE DE L'AMERICAN PHYSICAL SOCIETY Le professeur qui fait honneur à l'Algérie


Résultat de recherche d'images pour "Noureddine Melikchi"Résultat de recherche d'images pour "Noureddine Melikchi"Le professeur algérien, Noureddine Melikchi, physicien atomique émérite à la  Nasa, a été élu membre de la Société américaine de physique (APS), prestigieuse organisation chargée de la promotion des sciences physiques dans le monde. Cette reconnaissance vient couronner les réalisations et les contributions du chercheur Melikchi dans le domaine de la physique, notamment ses travaux pour le développement d'une nouvelle technique d'analyse par le laser permettant de dépister le cancer. Fondée en 1899, la Société américaine de physique a pour principale mission de promouvoir les sciences physiques. Elle est la deuxième  organisation scientifique dans le domaine de la physique aux Etats-Unis et publie plus d'une dizaine de revues et journaux scientifiques dont les deux prestigieuses revues «Physical review» «et «Physical review letters «. Pour rappel, le professeur Milikchi a reçu plusieurs distinctions à l'instar de sa nomination en 2012 «Ambassadeur de Mars» en sa qualité de membre de l'équipe de «Mars Science Laboratory ChemCam» qui dirige le plus grand projet d'exploration de la planète Mars de la Nasa ainsi que sa désignation en qualité de membre de la Société américaine d'optique en 2017.
Le chercheur algérien a, durant son parcours scientifique aux Etats-Unis, consacré son temps et ses efforts pour servir son pays d'origine l'Algérie. Il était président et un des membres fondateurs de la Fondation algéro-américaine pour la culture, l'éducation, les sciences et les technologies (Aaf-Cest). Cette fondation a comme objectif d'établir des passerelles entre les communautés scientifiques en Algérie et aux Etats-Unis, de permettre aux compétences algériennes installées aux Etats-Unis de contribuer au développement économique, scientifique et technologique du pays ainsi que de promouvoir la culture algérienne à l'étranger.