lundi 23 avril 2018

Aeroport d'Alger du 22éme siécle pour bientot !

Résultat de recherche d'images pour "la nouvelle aérogare internationale d'alger"
De la rocade sud d’Alger, qui relie Ben Aknoun à Dar El Beida, les usagers peuvent admirer un imposant bâtiment de verre à l’architecture futuriste. C’est la nouvelle aérogare internationale d’Alger. Le bleu des milliers de carreaux de verre qui recouvrent ses façades, surplombées de centaines d’arcades blanches, distingue ce mastodonte des constructions alentours et éclipse totalement l’actuelle aérogare, considérée pourtant comme un joyau architectural avec sa disposition atypique en demi-cercle. 20 hectares de halls et de locaux !
Vu du ciel, l’ouvrage est disposé en forme de T géant. Il impressionne d’abord par son gigantisme : quatre hectares de surface bâtie. Avec son sous-sol, ses deux niveaux et sa mezzanine intermédiaire, il offre un total de 200 000 mètres carrés, soit 20 hectares de surface utile !
La nouvelle infrastructure, dite de classe « A » dans le jargon aéroportuaire, a une capacité de 10 millions de passagers par an, contre six pour l’actuelle aérogare.
Résultat de recherche d'images pour "la nouvelle aérogare internationale d'alger"« Les travaux sont presque terminés. On est entre 90 et 95% de taux d’avancement. Comme prévu, la nouvelle aérogare sera ouverte aux passagers vers la fin septembre 2018, au plus tard début octobre », assure Tahar Allache, PDG de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires (SGSIA).  C’est le groupe chinois CSCEC qui prend en charge la réalisation du projet, en « clés en main ».
 Non loin de là, les ouvriers et ingénieurs d’une autre entreprise tentent de relever le même défi : livrer avant septembre la ligne de train qui desservira l’aéroport.
 À l’ouverture de la nouvelle aérogare, il ne restera que le métro, dont la station devrait être achevée en 2019 et la ligne un peu plus tard, vers 2020.
 Les concepteurs du projet se sont en effet projetés sur le long terme, prévoyant d’agrandir les accotements des pistes pour permettre l’atterrissage du fameux A380. Dans leur schéma directeur, ils ont même prévu une solution à mettre en œuvre quand, vers 2030, l’infrastructure qui est sur le point d’être livrée arrivera à saturation : construire de nouvelles pistes et une nouvelle aérogare sur les 2200 hectares de terres nues au sud de l’aéroport. Rendez-vous donc dans douze ans pour un autre joyau…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire