jeudi 30 mars 2017

Quand Mahieddine Tahkout rêve de produire « une voiture populaire » en Algérie

Résultat de recherche d'images pour "Saipa"Mahieddine Tahkout travaille sur un second projet de montage de véhicules en Algérie, après celui de Tiaret lancé en partenariat avec le sud-coréen Hyundai.
En décembre 2015, l’homme d’affaires a signé un accord avec l’Iranien Saipa Group pour la construction de cette usine d’où sortiront des voitures à bas prix.

La future usine, qui sera implantée à Tiaret, sera détenue à 75% par le groupe Tahkout et 25% par Saipa, groupe industriel public iranien. Une enveloppe de 200 millions d’euros a été dégagée pour le projet. L’usine produira, à partir de fin 2017, 7000 unités. En 2018, la production passera à 15.000 et, en 2019, à 20.000.
L’usine Saipa de Tiaret  produira cinq modèles de voitures de tourisme et un modèle de véhicules utilitaires. Il est prévu la création de 1400 postes d’emploi directs.
Les voitures Saipa sont commercialisées dans une douzaine de pays comme le Sénégal, le Venezuela, le Mali, la Libye, l’Irak, la Syrie, l’Ukraine, la Corée du Sud et l’Afghanistan. Comme la plupart des grands groupes industriels en Iran, Saipa s’est doté d’une charte d’éthique pour le respect, entre autres, de « l’environnement, des règles de la concurrence et des droits des clients et des partenaires ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire